Vous avez désactivé JavaScript

Ca peut conduire à fonctionnalité réduite et affecter la présentation graphique de ce site.
Cependant, tous les contenus seront toujours disponibles.

L’arthrose

Tout comme leurs maîtres, nos compagnons à quatre pattes peuvent souffrir d’arthrose, mais derrière ce terme peuvent se cacher des réalités d’origines différentes.

Qu’est-ce que l’arthrose ?

L’arthrose est un phénomène dégénératif qui atteint le cartilage articulaire; ce dernier recouvre les os au niveau des articulations et sa principale fonction est d’amortir les chocs. De nombreuses articulations peuvent être concernées : membres, colonne vertébrale…

Les différents types d’arthrose

On distingue :

  • l’arthrose primitive, qui touche les chiens âgés, et qui n’est rien d’autre que de l’usure progressive du cartilage ; généralement, plusieurs articulations sont atteintes simultanément,
  • l’arthrose secondaire, qui peut concerner des chiens de tous âges: elle se développe sur une articulation qui fonctionne mal, suite à une malformation (souvent congénitale) ou sur une articulation qui a subi un traumatisme et se répare mal.

Quels symptômes ?

L’arthrose peut toucher une ou plusieurs articulations, mais les plus fréquemment atteintes sont celles qui soutiennent le corps : hanches, genoux, coudes, épaules… Plusieurs stades peuvent être décrits, selon le degré d’évolution de la maladie.

Au tout début (stade 1), le chien refuse progressivement de courir, de sauter, répugne à se déplacer, boite parfois. Après une période de repos (« à froid »), sa démarche sera raide lorsqu’il se relèvera d’une position couchée ou assise. L’animal ressent une douleur et une gêne chroniques.

Puis la douleur se fait plus présente et plus intense (stade 2) : le chien peut gémir lorsqu’il se déplace, qu’on le bouscule ou qu’on appuie sur ses articulations. Il peut aller jusqu’à mordre, même s’il est par ailleurs d’un caractère doux et paisible. Les crises « aigües » sont de plus en plus fréquentes, et sont aggravées par le froid, l’humidité ou l’exercice physique intense.

Enfin, au stade 3, l’articulation perd une grande partie de sa mobilité (ankylose) et certains mouvements ne sont plus possibles. Certains chiens sont comme paralysés.

Comment établir le diagnostic ?

Votre vétérinaire se basera sur ce que vous allez lui décrire, puis réalisera un examen clinique approfondi des différentes articulations : la manipulation s’avère parfois délicate, du fait de la douleur ! Pour mieux apprécier le stade et la gravité, et donc proposer un traitement adéquat, des radiographies seront souvent nécessaires.

Quel traitement ?

Le traitement visera essentiellement à soulager l’animal, puisque l’arthrose ne peut disparaître.

Le traitement médical repose sur des anti-inflammatoires spécifiques, sous contrôle étroit à cause de potentiels effets secondaires, Des injections intra-articulaires peuvent donner de bons résultats chez certains chiens. Votre vétérinaire pourra aussi proposer des protecteurs du cartilage, ou encore des injections d’acides gras, dont les effets varient selon les individus.

En ce qui concerne les mesures pour soulager les articulations, on peut citer :

  • Maintien de l’activité physique afin de prévenir la fonte musculaire, tout en la modérant (sortie en laisse pour de courtes promenades quotidiennes, éviter les escaliers…)
  • Lutte contre une éventuelle surcharge pondérale, notamment chez les chiens obèses, de façon à ne pas accélérer l’usure du cartilage.
  • Traitement diététique reposant sur des aliments spécialement formulés (demandez conseil à votre praticien).
  • Correction chirurgicale – dans la mesure du possible –des malformations articulaires connues (dysplasie, ruptures ligamentaires)

Conclusion

L’arthrose est une affection dégénérative dont il n’est pas possible de guérir. Elle touche surtout les vieux chiens, mais pas uniquement. Un régime alimentaire adapté, une activité physique modérée, mais régulière viendront soulager l’animal atteint, en complément de protecteurs du cartilage et d’anti-inflammatoires en cas de douleur trop importante.

Autres articles de la rubrique