Vous avez désactivé JavaScript

Ca peut conduire à fonctionnalité réduite et affecter la présentation graphique de ce site.
Cependant, tous les contenus seront toujours disponibles.

Les affections cardiaques

Chez les chiens, de nombreuses maladies peuvent être à l’origine d’une affection cardiaque. Ces maladies peuvent toucher :

  • Les valves cardiaques (dégénérescence liée à l’âge, malformation congénitale, infection…)
  • Le muscle cardiaque (anomalie génétique, traumatismes, intoxication, inflammation, dégénérescence…)
  • Le système électrique (responsable du rythme et de la force des contractions)

Parfois également, l’atteinte d’un autre organe peut venir perturber le bon fonctionnement du cœur, et provoquer une affection cardiaque chronique ou aigüe.

Les mécanismes et l’évolution d’une insuffisance cardiaque

Le cœur est un muscle qui bat en permanence (entre 50 et 200 battements par minute selon la taille du chien). À chaque battement, du sang riche en oxygène est envoyé aux principaux organes vitaux et aux muscles. L’insuffisance cardiaque correspond à la diminution des capacités de fonctionnement du muscle cardiaque : les battements deviennent moins réguliers ou moins efficaces, et dans les deux cas, le débit sanguin est réduit. L’organisme met alors en place divers mécanismes de compensation, notamment en augmentant la fréquence cardiaque. Cette réaction permet à l’animal de conserver une activité et un comportement normaux : en général, le propriétaire n’observe aucun symptôme. Puis, quand la maladie cardiaque continue à évoluer, le cœur se fatigue de plus en plus et ne parvient plus à s’adapter en cas d’effort physique intense, puis modéré. En fin d’évolution de la maladie, lorsque l’insuffisance cardiaque est totalement décompensée, des symptômes sont visibles même au repos.

Les signes d’alerte d’une maladie cardiaque

Chez le chien, un des premiers signes à apparaître est une intolérance à l’effort, associée à une fatigue inhabituelle. Au fur et à mesure de l’évolution de la maladie, peuvent survenir de la tachycardie (augmentation du rythme cardiaque), des malaises (syncopes), un amaigrissement, l’apparition d’un gros ventre (ascite à liquide d’œdème dans l’abdomen), une diminution ou une perte de l’appétit, ainsi que de la toux (présence d’œdème pulmonaire). Ces signes sont souvent aggravés en périodes de fortes chaleurs.

Comment établir le diagnostic d’une affection cardiaque ?

Si vous observez chez votre compagnon l’apparition des signes précédemment décrits, si on a déjà évoqué lors d’une consultation de routine la présence d’un souffle cardiaque ou d’un rythme irrégulier, votre vétérinaire pourra prescrire à votre chien des examens plus poussés.

Ces examens vont avoir pour but de confirmer l’insuffisance cardiaque, d’en évaluer le stade, et aussi d’en rechercher l’origine. Différents examens peuvent venir compléter l’auscultation : radiographie du thorax, électrocardiogramme, échocardiographie, examen Doppler, examens sanguins, mesure de la pression artérielle…

Quel traitement pour un chien insuffisant cardiaque ?

L’idéal est de pouvoir déterminer la cause précise de l’insuffisance cardiaque, afin de trouver le traitement adéquat. Toutefois, si cela n’est pas possible, le traitement aura pour objectif l’amélioration de la fonction cardiaque et du débit sanguin.

Plusieurs options sont en général possibles. De plus, compte-tenu de l’évolution de la maladie cardiaque, il est essentiel de faire réévaluer très régulièrement le fonctionnement de la « pompe cardiaque » de votre chien par le vétérinaire, afin d’adapter le traitement en conséquence.

Par ailleurs, un traitement dit hygiénique sera instauré : régime alimentaire adapté (souvent pauvre en sel), programme d’amaigrissement en cas d’obésité, éviter les efforts violents ou prolongés (promenade en laisse, aux heures fraîches), éviter aussi le stress.

Conclusion

N’hésitez pas à consulter votre vétérinaire dès l’apparition d’essoufflement, de toux à l’effort, de fatigue anormale chez votre chien. En cas de diagnostic d’insuffisance cardiaque, la mise en place précoce d’un traitement approprié, à la fois hygiénique et médicamenteux, ainsi qu’un suivi médical régulier permettront à votre animal de couler encore des jours heureux auprès de vous.

Autres articles de la rubrique