Vous avez désactivé JavaScript

Ca peut conduire à fonctionnalité réduite et affecter la présentation graphique de ce site.
Cependant, tous les contenus seront toujours disponibles.

L’hypothyroïdie

Qu’est-ce que l’hypothyroïdie?

L’hypothyroïdie est une maladie hormonale fréquente chez le chien. Les hormones thyroïdiennes sont produites par les glandes thyroïdes (qu’on appelle aussi « la thyroïde »), localisées dans le cou, de part et d’autre de la trachée. Ces hormones, qui sont des substances liquides actives, jouent un rôle fondamental dans la régulation du métabolisme (pousse des poils, régulation de la température du corps, fonctionnement cardiaque, etc.) et le fonctionnement normal de l’organisme.

Lors d’hypothyroïdie, on observe un déficit de production des hormones, c’est-à-dire qu’elles ne sont plus produites en quantité suffisante.

Ce phénomène fait suite à une destruction des glandes thyroïdes, ou à leur mauvais fonctionnement.

Comment détecter une hypothyroïdie?

Votre chien ne sécrète pas assez d’hormones thyroïdiennes. Parmi les signes les plus fréquents liés au manque d’hormones, on peut observer :

  • Un manque de dynamisme, une fatigue, une baisse d’activité
  • Des troubles du comportement
  • Une prise de poids, un œdème du visage
  • Une perte de poils, une baisse de la qualité du pelage

Le manque d’hormones thyroïdiennes s’exprime différemment selon les animaux. Il se peut donc que vous n’observiez pas tous les signes décrits, mais seulement certains.

Quelles races de chiens sont les plus touchées par cette affection ?

Pratiquement toutes les races, y compris les chiens croisés, peuvent être atteints d’hypothyroïdie. L’hypothyroïdie est le plus souvent diagnostiquée entre 2 et 6 ans. Les mâles et les femelles sont atteints de manière comparable.

Comment un chien devient-il hypothyroïdien?

L’hypothyroïdie primaire, la plus fréquente chez le chien est associée à une destruction de la glande thyroïde, ce qui provoque une déficience en hormone thyroïdienne.

Deux mécanismes sont impliqués ; ils concernent plus de 95% des cas d’hypothyroïdie primaire chez le chien.

Dans certains cas, l’organisme produit des anticorps contre les cellules thyroïdiennes, ce qui les détruit. On parle de thyroïdite lymphocytaire. Les signes d’hypothyroïdie n’apparaissent que lorsque la plus grande partie des glandes est détruite. Ce processus progresse lentement (en 1 à 3 ans).

Dans d’autres cas, les cellules thyroïdiennes sont remplacées par des cellules graisseuses. On parle d‘atrophie idiopathique car la cause de ce phénomène n’est pas connue.

Que faire en cas de doute ?

Quels que soient les signes qui vous ont alerté, il est essentiel de consulter votre vétérinaire pour qu’il examine votre chien.

En fonction de l’examen clinique et des informations que vous pourrez lui donner, votre vétérinaire vous proposera différents examens sanguins destinés à confirmer le diagnostic.

Il est parfois difficile de diagnostiquer une hyperthyroïdie lorsque les symptômes ne sont pas très marqués. Le vétérinaire peut répéter certains examens pour pouvoir adapter à votre chien le traitement le plus approprié.

Comment traiter l’hypothyroïdie ?

Le traitement de l’hypothyroïdie repose sur l’utilisation d’une hormone thyroïdienne synthétique de remplacement. Il s’agit dans la plupart des cas d’un traitement à vie, mais il est assez simple et peu contraignant. Il apporte une amélioration assez rapide de l’état de votre compagnon, dont les poils mettront sans doute quelques semaines à retrouver leur aspect initial.

4 semaines environ après le début du traitement, une visite de suivi pourra être réalisée. A cette occasion, votre vétérinaire vous proposera un suivi sanguin pour s’assurer que le taux d’hormones est de nouveau dans les limites de la normale.

Il  est important d’informer votre vétérinaire de tout nouveau symptôme ou maladie lorsque votre chien est sous traitement. Tout changement est une indication de ré-évaluation de l’animal.

Quel est le pronostic ?

Le pronostic est excellent une fois que les chiens hypothyroïdiens sont stabilisés grâce à l’utilisation d’hormones thyroïdiennes de substitution. L’espérance de vie est alors la même que pour des animaux sains.

Autres articles de la rubrique