Vous avez désactivé JavaScript

Ca peut conduire à fonctionnalité réduite et affecter la présentation graphique de ce site.
Cependant, tous les contenus seront toujours disponibles.

Un chien peut-il vraiment être diabétique ?

On estime qu’environ 1 chien sur 200 souffre de diabète sucré. Rassurez-vous, vous n’êtes pas le seul maître à avoir un chien diabétique !

Lors de diabète sucré, c’est le métabolisme du sucre (glucose) qui pose problème à votre compagnon : il ne peut plus réguler sa glycémie (quantité de sucre dans le sang) de manière correcte. Cette maladie, qui évolue lentement, peut avoir des conséquences graves sur le bien-être de votre chien.

Qu’est-ce que le diabète sucré ?

Le diabète sucré est une maladie hormonale (ou endocrinienne) qui affecte les chats et les chiens, comme les Humains. Elle survient en général chez les adultes. C’est une affection grave, d’évolution assez lente et parfois discrète mais qui peut générer des complications dramatiques et un décès prématuré. Toutefois, lorsque le diagnostic est précoce, la mise en place d’un traitement efficace permet d’en corriger les effets. Il existe un autre diabète, le diabète insipide, mais il est très différent, et beaucoup plus rare.

Le diabète sucré est dû à un manque d’insuline. Ce manque d’insuline peut être dû à plusieurs causes :

  • Le pancréas est malade et ne produit pas suffisamment d’insuline.
  • Les cellules du corps n’arrivent pas à répondre à l’insuline.

Les conséquences du diabète sucré sont graves chez le chien : sans insuline, le chien ne peut plus contrôler sa glycémie, c’est-à-dire la quantité de sucre dans son sang. Des concentrations en glucose bien trop élevées dans le sang (hyperglycémie) dérèglent l’organisme.

Comment un chien devient-il diabétique ?

Chez le chien en bonne santé (non diabétique), la nourriture consommée se désintègre en composants que le corps utilise pour grandir et fonctionner. La destruction  des glucides produit des sucres, et notamment du glucose. Une fois absorbé à travers la paroi intestinale, le glucose circule dans le sang et fournit de l’énergie aux cellules du corps. C’est le carburant de l’organisme !

Le passage de ce glucose dans les cellules dépend de la présence d’une hormone, l’insuline. L’insuline est produite par une glande (un organe) appelée pancréas, qui se situe près des intestins.

Le diabète, comment ça marche ?

Le sucre, qui est apporté par les aliments, rentre dans les cellules et leur sert de carburant : c’est grâce à lui que le corps, les muscles, le cerveau, etc. peuvent fonctionner. L’insuline, qui est fabriquée par le pancréas, permet au sucre de rentrer dans les cellules pour les nourrir, comme l’essence rentre dans le réservoir de la voiture ! Si l’insuline n’est plus fabriquée, le sucre reste dans le sang et ne nourrit plus les cellules (l’essence reste dans la citerne !) : le corps ne peut plus fonctionner normalement et le sucre s’accumule dans le sang !

Tous les chiens peuvent-ils souffrir de diabète sucré ?

Tous les chiens peuvent un jour être touchés par le diabète sucré. L’affection atteint plus volontiers les chiens d’âge moyen et âgés. Les femelles non stérilisées sont les plus touchées.

Certaines races semblent connaître un risque accru de diabète sucré :

  • caniche
  • teckels
  • beagle
  • doberman
  • labrador retriever
  • golden retriever
  • pinscher nain
  • cocker anglais
  • west Highland white terrier (westie)
  • cairn terrier
  • spitz-loup

Cependant, la popularité de certaines races peut biaiser ce classement.

La liste ci-dessus cite les races pour lesquelles les chercheurs et certains praticiens vétérinaires pensent qu’un lien significatif existe entre l’affection et la race. Une analyse de pedigree a permis l’identification d’une prédisposition génétique chez le spitz-loup et le samoyède.

L’origine de la maladie est multifactorielle, c’est-à-dire que plusieurs causes doivent s’associer pour que le diabète apparaisse : aux prédispositions familiales d’origine génétique s’ajoutent l’influence des cycles hormonaux (chez la chienne) ou l’obésité (chez le chat). La prise de médicaments comme les corticoïdes peut accentuer les risques.

 

Si vous êtes propriétaire d’un chien ou d’un chat diabétique, nous vous rappelons que votre vétérinaire traitant reste votre seul interlocuteur pour toute question médicale concernant votre animal ou le suivi de son diabète.

 

GP/FR/CAN/1017/0011a

Autres articles de la rubrique