Vous avez désactivé JavaScript

Ca peut conduire à fonctionnalité réduite et affecter la présentation graphique de ce site.
Cependant, tous les contenus seront toujours disponibles.

Les deux axes de la socialisation du chiot : l’environnement familier et le monde extérieur - La Sante DE MON CHIEN
La Sante DE MON CHIEN

Les deux axes de la socialisation du chiot : l’environnement familier et le monde extérieur

Les chiots n’ouvrent les yeux que vers l’âge de 2 semaines. Ils passent donc les deux premières semaines de leur vie à se fier à leur sens très aigu de l’odorat pour se frayer un chemin entre les autres membres de la portée et arriver jusqu’à leur mère. Lorsqu’ils ouvrent enfin les yeux, un nouveau monde s’offre à eux. Les chiots peuvent être séparés de leur mère vers l’âge de 7 à 8 semaines (pas avant) ce qui correspond très exactement au moment idéal pour commencer leur socialisation. Même si vous pouvez apprendre de nouveaux tours à un vieux chien, il est beaucoup plus facile d’apprendre à un chiot quand et où il devra faire ses besoins, comment saluer de manière joviale et accueillante un autre animal ou d’autres personnes, comment accepter les soins prodigués par le vétérinaire ou le toiletteur ou comment explorer le monde en général en toute sérénité. La socialisation d’un chiot doit donc commencer tôt et vous devez vous mettre rapidement au travail. Très clairement la période qui s’étend entre l’âge de 7-8 semaines et 18 semaines se prête très favorablement à la socialisation de votre chiot. Voici un certain nombre d’actions que vous pouvez mener aussi bien à l’intérieur de chez vous qu’à l’extérieur et qui vous aideront à profiter au mieux de ces instants pour réussir la socialisation de votre chien.

La socialisation du chiot dans l’environnement familier

Lui apprendre la propreté

Il ne se passera pas beaucoup de temps avant que votre adorable petit chiot fasse ses besoins sur le sol de votre salon. Avant même que cela n’arrive, vous aviez déjà conscience qu’il était essentiel de lui apprendre la propreté. La clé de la réussite de cet apprentissage tient dans deux mots : cohérence et patience ! Le respect d’une routine avec des horaires réguliers ne permettra pas à votre chiot d’être propre immédiatement toute la nuit, mais c’est la condition sine qua non pour que cet apprentissage devienne un processus rapide et simple tout en évitant des nettoyages trop fréquents. Choisissez l’emploi du temps qui vous convient le mieux. Sortez votre chiot dès que vous vous levez le matin et juste avant d’aller vous coucher ; sortez le aussi après lui avoir donné à manger, après qu’il a bu beaucoup d’eau, après sa sieste ou après avoir joué activement avec lui. Si vous avez plusieurs portes de sortie chez vous, empruntez toujours la même. De même, dans la mesure du possible amenez toujours votre chiot dehors au même endroit pour qu’il y fasse ses besoins. Si vous faites toujours la même chose, votre chiot commencera à se diriger vers la porte lorsque sera venu pour lui le moment de sortir et si vous avez suffisamment de chance pour être là et repérer ces signaux visuels, vous verrez que l’apprentissage de la propreté ira très vite. Une règle essentielle : armez-vous de patience et oubliez les punitions, elles sont contre-productives ! Cependant des récompenses immédiates (une caresse par exemple), dès que votre chiot fait ses besoins dehors seront un atout supplémentaire pour accélérer le processus.

Lui apprendre à être touché ou manipulé

Il est beaucoup plus drôle d’apprendre à son chiot à être manipulé et tripoté que de lui apprendre la propreté. Il est très important que votre chiot se sente à l’aise et accepte d’être manipulé ou touché par des étrangers. En effet tout au long de sa vie votre chiot rencontrera beaucoup de personnes différentes. Prenez le temps de le porter, le câliner, le caresser ou le toucher. Asseyez- le sur vos genoux et tripotez ses oreilles, touchez ses paupières ou sa truffe, soulevez ses babines, ouvrez-lui sa gueule, vérifiez ses dents, prenez-lui (doucement !) la queue ou les pattes…. Il est important que votre chiot n’ait pas peur d’être manipulé par le toiletteur ou par son vétérinaire qui, de plus, lui fera très certainement des injections. Cependant ne vous laissez pas mordiller ni lécher sans cesse par votre chiot, si ses quenottes ne font pas mal, il n’en est pas de même de ses crocs adultes ! Demandez à votre vétérinaire de vous montrer comment couper ses ongles si vous avez peur de lui faire mal. Plus vous serez serein lorsque vous manipulerez votre animal et plus votre animal se sentira bien lorsqu’il sera manipulé, mieux ce sera pour vous deux.

Lui apprendre les règles de la maison

Les chiots sont des explorateurs nés. Aidez-le à explorer les diverses pièces de la maison en toute sécurité. Posez-le sur les différents types de sols de votre maison : le parquet, le carrelage, la moquette ou les tapis pour qu’il s’y habitue. Décidez rapidement si vous l’autoriserez à grimper sur les canapés, chaises ou lit. Si vous prévoyez de lui permettre de grimper sur les fauteuils, choisissez-en certains sur lesquels il sera le bienvenu tout en lui interdisant l’accès à d’autres. Si vous établissez des limites à votre chiot, il sera bien plus facile de les conserver plus tard lorsqu’il sera devenu adulte. Certaines personnes ne voient aucun inconvénient à dormir dans leur lit avec leur chiot de 5 kg mais il est possible qu’il n’y ait plus assez de place pour deux une fois qu’il sera grand et pèsera 35 kg !
New call-to-action

Socialiser son chiot dans l’environnement extérieur

L’habituer à se déplacer d’un endroit à l’autre

Votre chiot doit apprendre comment aller d’un point A à un point B tout en rencontrant et saluant d’autres congénères, des chats ou des personnes. Il doit aussi apprendre comment se comporter dans des endroits adaptés à l’homme (comme les rues grouillant de monde, les hôtels ou les restaurants acceptant les chiens) ou à l’animal (comme les parcs et les chenils). Tout cela peut vous paraître insurmontable, en particulier lorsque vous considérez que vous allez devoir gérer tout cela au cours des 5 premiers mois de la vie de votre chien, mais rassurez-vous ce n’est pas le cas. Pour y arriver il suffit juste de vivre votre vie avec votre chiot à vos côtés. Vous partez en voiture ? Emmenez votre chien. Vous avez envie de faire un petit tour à la terrasse d’un café ? Emmenez votre chien. La meilleure façon de socialiser votre chiot pour qu’il s’adapte à votre mode de vie c’est de vivre votre vie en l’ayant toujours à vos côtés. Sortir avec votre chiot vous permettra aussi de faire rapidement bon nombre de rencontres. Les chiots attirent les gens comme des aimants ! Laissez des étrangers s’arrêter pour caresser votre chiot et récompensez-le ensuite s’il s’est bien comporté lors de cet échange. Si votre chiot semble un peu dépassé par toutes ces nouvelles expériences auxquelles il doit faire face, n’insistez pas et laissez-le se détendre un peu. Vous réessayerez un peu plus tard. Cela prendra peut-être un peu de temps, mais votre chiot finira très bien par s’habituer à vivre à vos côtés.

Le préparer à l’inattendu

Si vous pensez qu’il est impossible de préparer votre chiot à un événement inattendu, vous avez tort. Réfléchissez au nombre de bruits intenses ou d’images étranges qui peuvent vous surprendre. Il n’est pas difficile d’imaginer ensuite ce que ces mêmes images ou bruits peuvent représenter pour votre chiot. Commencez par de petits bruits tout simples, par exemple frapper à la porte ou appuyer sur la sonnette d’entrée, puis gravissez petit à petit les échelons jusqu’au klaxon de voiture ou la sirène de pompiers. La clé de la réussite c’est d’aider votre chien à s’habituer à voir des choses ou à entendre des bruits qui semblent venir de nulle part ; ainsi lorsqu’il y aura du tonnerre ou un feu d’artifice, vous partirez en courant vous cacher alors que votre chien restera stoïque !

En résumé

La socialisation d’un nouveau chien est la première étape fondamentale d’une vie remplie de joie et agréable pour vous deux. Un chiot qui comprend où est sa place dans la maisonnée grandira en toute confiance, sera bien socialisé et se comportera bien. Prenez le temps d’apprendre à votre chiot à répondre à des ordres simples comme s’asseoir, ne pas bouger ou se coucher parce qu’ils peuvent un jour lui sauver la vie. Si vous ne savez pas par où commencer, demandez conseil à votre vétérinaire ; il vous indiquera des centres de dressages réputés proche de chez vous. S’inscrire avec votre chiot dans un cours collectif d’éducation canine peut également représenter un très bon moyen de socialiser votre chiot au contact d’autres chiots. Et n’oubliez pas de mettre des friandises dans votre poche (ou de prévoir un nombre incalculable de caresses) pour récompenser votre compagnon à chaque fois qu’il fait du bon travail !

GP-R-FR-NON-200600055

Autres articles de la rubrique