Vous avez désactivé JavaScript

Ca peut conduire à fonctionnalité réduite et affecter la présentation graphique de ce site.
Cependant, tous les contenus seront toujours disponibles.

Comment protéger son animal des températures extrêmes ? - La Sante DE MON CHIEN
La Sante DE MON CHIEN

Comment protéger son animal des températures extrêmes ?

Il est très probable qu’en cas de températures extrêmes (fortes chaleurs ou froid intense), vous ayez à gérer quelques difficultés climatiques liées à votre localisation géographique. Si vous éprouvez déjà du mal à vous rafraîchir ou à vous réchauffer, imaginez ce que ressent votre animal recouvert de son manteau de fourrure ! Si pour vous c’est l’été, son pelage peut ajouter à la chaleur ambiante ; si en revanche c’est l’hiver, il peut ne pas être suffisamment touffu pour le protéger. Pour le bien-être de votre chien et de votre chat, il est tout aussi important de gérer les défis environnementaux en l’aidant tout au long de l’année à se sentir à l’aise que de le protéger des risques de maladies graves et d’infections parasitaires. Voici trois moyens particulièrement simples pour protéger votre compagnon des températures extrêmes.

Fournissez-lui un bon abri

Il est essentiel d’aider votre chien ou votre chat à se sentir bien durant les températures extrêmes. Les températures estivales peuvent être trop élevées et les températures hivernales trop froides. Il faut toujours prendre en compte les risques liés à ces températures extrêmes pour votre chien ou votre chat et vous mettre à sa place : si vous n’êtes pas à l’aise, il ne l’est probablement pas non plus. Assurez-vous de fournir à votre animal un abri bien adapté car les températures extrêmes peuvent engendrer de graves dommages.

En général les températures inférieures à 7℃ ou supérieures à 32℃ sont très difficiles à supporter pour un chien ou un chat non correctement protégé. Lorsqu’il fait trop froid votre compagnon peut entrer en hypothermie. Lorsqu’il fait trop chaud, il risque un coup de chaleur. Le seul moyen d’assurer la sécurité de votre animal est de limiter son exposition aux températures extrêmes. Repérez la température extérieure lors de la promenade quotidienne et ne le laissez jamais seul dehors sans le moindre endroit pour s’abriter. Attention, souvenez-vous qu’il est extrêmement dangereux de laisser votre animal dans votre voiture avec les fenêtres fermées, même pendant quelques minutes. Ceci est à proscrire absolument.

L’hypothermie correspond à la chute de la température corporelle en dessous de la normale (qui est comprise entre 38°C et 39°C) en raison d’une exposition trop importante au froid. Cela peut se produire lorsqu’il fait froid et que votre animal se perd, est mouillé ou reste dehors trop longtemps. Il présente alors divers signes d’hypothermie comme un ralentissement du pouls, une respiration superficielle, une désorientation ; il peut s’évanouir ou perdre conscience. Si votre chien ou votre chat souffre d’hypothermie, réchauffez-le en plaçant autour de lui des bouteilles d’eau chaude (mais pas bouillante) entourées d’un linge. Si son pelage est mouillé, séchez-le avec une serviette ou si possible avec un sèche-cheveux réglé sur chaud (warm) et non pas très chaud (hot). Si sa peau est blanche et engourdie, il se peut qu’elle ait gelé et que des engelures se développent. Il faut doucement réchauffer les zones gelées (avec une couverture ou par contact peau à peau) tout en sachant que ce peut être douloureux. Attention, pour cela ne frottez jamais la peau (elle est déjà très fragilisée), n’appliquez pas de neige dessus (risque de brûlure !) ni d’eau chaude (choc thermique !). Appelez immédiatement votre vétérinaire car l’hypothermie est un problème grave.

Le coup de chaleur survient lorsqu’un animal reste dehors sans le moindre coin d’ombre pour s’abriter alors que la température est très élevée. Certains signes sont révélateurs d’un coup de chaleur : la peau apparaît chaude au toucher, votre animal présente des vomissements ou une hypersalivation, il se met à haleter rapidement ; puis une détresse respiratoire s’installe, il présente des troubles de la coordination, s’évanouit ou perd connaissance. Il faut rapidement mettre votre chien ou votre chat à l’ombre ou mieux, dans une pièce disposant de l’air conditionné. Essayez de refroidir la tête et le reste du corps à l’aide d’eau fraîche (et non pas froide), de packs de glace (dans un linge) ou de serviettes humides. Lorsque votre animal commence à aller mieux, proposez lui un peu d’eau à boire (de petites quantités à la fois). Surtout ne plongez pas votre animal dans de l’eau pour le refroidir (ou ne l’arrosez pas au jet d’eau froide) parce que ce refroidissement serait trop rapide et pourrait mener à de graves complications (choc thermique).
New call-to-action

Permettez lui d’accéder à tout moment à de l’eau de boisson

L’hydratation est la clé d’une bonne santé à tout moment de l’année. Cela peut être difficile en période de canicule ou de gel. Il est très facile d’éviter la déshydratation : il suffit de vous assurer, tout simplement, que votre chien ou votre chat a toujours à disposition de l’eau potable fraîche.

Été comme hiver, votre compagnon peut se déshydrater rapidement, mais pas pour les mêmes raisons. Lorsque la température est trop élevée, les chiens et les chats courent un risque de surchauffe parce que, par rapport à nous, ils sont moins capables de refroidir leur corps. Les chiens et les chats transpirent peu (uniquement par les glandes sudoripares situées entre leurs coussinets). En revanche le chien parvient à se refroidir en haletant ce qui lui permet d’évacuer beaucoup d’air chaud et humide et de faire entrer de l’air plus frais. Mais cette perte de chaleur sous forme d’eau peut conduire à une déshydratation s’il ne peut pas boire pour compenser. Les chats halètent rarement pour se refroidir, mais utilisent d’autres stratégies pour supporter la chaleur (ils s’allongent, à l’ombre, sur une surface fraîche, ils se toilettent plus pour déposer de l’humidité sur leur pelage, ils respirent plus rapidement). Là encore il est donc indispensable de leur fournir un accès continu à de l’eau potable fraîche. Lorsqu’il fait froid, l’animal risque également de se déshydrater, même si cela vous paraît étrange. En effet, si la température extérieure est basse, le chien ou le chat doit brûler plus d’énergie que de coutume pour conserver sa température corporelle normale et ce processus consomme beaucoup d’eau. De plus, lorsque les animaux vivent dehors, leur source d’eau peut être gelée et les risques de déshydratation sont encore plus grands.

Comment pouvez-vous savoir que votre chien ou votre chat est déshydraté ? En le regardant et en recherchant un certain nombre de signes de déshydratation. Le premier est évident : votre animal a particulièrement soif et cherche de quoi boire ! Si la déshydratation persiste un certain temps, ses yeux peuvent vous sembler secs et plus enfoncés dans l’orbite, sa peau perd de son élasticité, il a moins d’appétit, sa bouche et sa truffe paraissent sèches, il vomit, ses gencives deviennent très sèches, il semble abattu. Les derniers signes, plus graves, finissent par apparaître : le pouls devient faible, les gencives et les muqueuses prennent une couleur rouge intense (état de choc) et sont collantes. Votre animal présente de la faiblesse, des frissons, de l’apathie et perd connaissance ; dans les cas extrêmes, il peut mourir. Il est essentiel de contacter votre vétérinaire pour lui demander de l’aide si vous suspectez une déshydratation et que l’état de votre animal ne s’améliore pas après avoir bu un peu d’eau fraîche.

Protégez votre animal de compagnie des produits nocifs ou toxiques

Les températures extrêmes sont également propices à l’apparition de conditions environnementales nocives ou toxiques pour votre chien ou votre chat. Par exemple, s’il est exposé à du liquide de refroidissement les conséquences peuvent être fatales. Ce liquide de refroidissement, qui contient souvent de l’antigel, empêche votre véhicule de geler en hiver ou de surchauffer en été. Il peut facilement s’écouler de votre voiture toute l’année. Mais ce que vous ne savez peut-être pas c’est que l’antigel contient de l’éthylène glycol, véritable poison pour le chien (et aussi le chat) ; cette substance, au goût sucré, est très appréciée surtout par les chiens qui le boivent facilement. Une fois absorbé ce toxique entraîne une insuffisance rénale suivie rapidement de la mort de l’animal. Ne laissez jamais votre chien boire dans des flaques d’eau dehors. Vérifiez le sol de votre garage pour vous assurer que de l’antigel ne s’échappe pas de votre voiture. Si vous remplacez le liquide de refroidissement, assurez-vous que vous jetez bien le liquide récupéré afin que votre chien n’en boive pas dans le bac à vidange.

N’oubliez pas également de vérifier l’état des coussinets de votre animal ! Assurez-vous qu’ils sont bien protégés et propres pendant les périodes de forte chaleur ou de grand froid. Pendant les périodes de canicule, les chiens comme les chats peuvent se brûler les coussinets en marchant sur l’asphalte ou le goudron brûlant de la chaussée, même le soir au coucher du soleil (c’est facile à vérifier, si vous touchez le pavé et qu’il brûle, il brûlera aussi les coussinets de votre animal !). Vérifiez bien les coussinets au retour de chaque promenade, en particulier si vous remarquez une boiterie, s’il rechigne à marcher ou si votre chien (ou chat) se les lèche plus que d’habitude parce que ces comportements reflètent souvent que quelque chose ne va pas. Recherchez attentivement s’il n’y aurait pas des vésicules ou des ampoules, une rougeur ou des zones plus sensibles. Regardez également entre les doigts parce qu’il n’est pas rare que des tiques s’y cachent en attendant de trouver l’endroit idéal pour prendre leur repas de sang. Demandez à votre vétérinaire quelles sont les meilleures options possibles pour protéger votre animal des tiques tout au long de l’année. En hiver, la santé des coussinets de votre compagnon est tout aussi importante. Le sel de déneigement ou les produits dégivrants déposés sur la voierie peuvent être particulièrement irritants pour les coussinets. Il peut être très intéressant de mettre des bottines pour chien (il en existe de différentes tailles) pour protéger leur coussinet lorsque vous sortez vous promener au cours des mois d’hiver les plus froids. Veillez également à enlever les morceaux de neige collés dans les poils entre les doigts et à renforcer les coussinets avec de produits tannants (en pommades) qui réduisent les risques de gerçures. Souvenez-vous que la protection des pattes est très importante aussi bien lorsqu’il fait chaud que lorsqu’il fait froid. Si vous prenez l’habitude de vérifier et de nettoyer les coussinets avec un peu d’eau tiède lorsque votre animal rentre à la maison (c’est plus facile avec un chien qu’avec un chat !) vous pourrez facilement vous apercevoir s’il y a un problème, même léger.

GP-R-FR-NON-200600063

Autres articles de la rubrique