Vous avez désactivé JavaScript

Ca peut conduire à fonctionnalité réduite et affecter la présentation graphique de ce site.
Cependant, tous les contenus seront toujours disponibles.

Anxiété de séparation : comment éviter son apparition chez votre chien ? - La Sante DE MON CHIEN
La Sante DE MON CHIEN

Anxiété de séparation : comment éviter son apparition chez votre chien ?

Si vous avez la chance de pouvoir rester à la maison toute la journée avec votre chien, vous savez que vous pouvez compter sur cet ami extraordinaire, en particulier lorsque vous êtes stressé.

De nombreuses études ont mis en évidence les avantages d’avoir un chien qui partage votre vie : il réduit votre anxiété, diminue votre pression artérielle et augmente votre niveau de sérotonine et de dopamine (deux neuromédiateurs très importants pour votre calme et votre bien-être).

Bien plus encore, avoir un chien stimule la mise en place d’une routine quotidienne dans votre vie et vous aide à conserver un sentiment de normalité.

Par nature, le chien est un être très sociable qui est enchanté d’avoir toute sa petite famille humaine avec lui de jour comme de nuit. Mais que va-t-il se passer pour lui lorsque vous retournerez à l’école ou au travail ? Comment va-t-il réagir lorsque vous retrouverez vos anciennes habitudes et qu’il devra rester seul pendant de longs moments en vous attendant ?

Pour beaucoup de chiens, ce changement peut être perçu comme un événement majeur de sa vie et même s’il n’a jamais montré aucun signe d’anxiété de séparation par le passé, il peut brutalement développer un stress sévère associé à des troubles comportementaux.

Toutefois vous pouvez prendre un certain nombre de mesures pour l’aider à se sentir en sécurité et améliorer sa qualité de vie.
New call-to-action

Apprenez à votre chien à gérer ses émotions (et à se calmer)

Vous voulez que votre chien se sente bien lorsqu’il reste seul ? Si vous lui apprenez à être « capable de vivre seul » vous en verrez rapidement les bienfaits pour vous deux.

Voici quelques idées pour développer chez lui l’aptitude à se calmer ou à s’apaiser sans avoir besoin de vous.

  • Avec une fine laisse, attachez votre chien à un objet stable situé à quelques mètres de vous. Fournissez-lui un jouet à mâcher rempli de nourriture pour qu’il soit content et puisse s’occuper. Recommencez cette manœuvre au moins 5 fois par jour pendant 5 à 10 minutes. À mesure que les signes d’angoisse s’atténuent chez votre chien, augmentez peu à peu la distance qui vous sépare jusqu’à ce que vous puissiez vous trouver dans deux pièces séparées et qu’il ne vous voie plus.
  • Si votre chien est éduqué à la cage, proposez-lui plusieurs sessions de repos en cage tout au long de la journée. Ces sessions doivent être courtes et vous devez mettre dans la cage un jouet rempli de nourriture pour qu’il puisse s’occuper.
  • Si vous n’avez pas éduqué votre chien à la cage mais que vous en possédez une, commencez le processus d’apprentissage en lui mettant son repas dans la cage, ainsi que des friandises ou des jouets. Cela l’encouragera à y entrer et à y rester un moment. Vous pourrez ensuite commencer à le mettre dans la cage pendant de courts instants en restant à ses côtés.
  • Si vous aimez vous promener ou faire du sport dehors, vous pouvez programmer au moins une courte promenade, seul sans emmener votre chien. Un autre exercice consiste à entrer et sortir seul plusieurs fois par jour en empruntant votre porte d’entrée.
  • Entrainez votre chien à faire au moins une petite sieste par jour loin de vous. Vous pouvez lui faire faire cette sieste dans sa cage ou dans une pièce séparée par une barrière de sécurité enfant, un enclos ou une porte.

Mettez en place des habitudes prévisibles (une routine)

Prévoir les événements a des effets calmants que ce soit chez l’homme ou le chien ! Si votre chien peut prévoir le déroulement de sa journée aussi bien à la maison qu’à l’extérieur cela permettra largement d’apaiser sa nervosité en particulier s’il est très anxieux.

Essayez d’établir une routine quotidienne pour apprendre à votre compagnon à reconnaître les moments de sa journée où il peut s’attendre à toute votre attention.

Pour cela faites un planning dans lequel vous prévoirez les repas, les promenades pour l’exercice, les moments de jeu, les sorties pour les besoins quotidiens et les séances d’éducation.

Votre chien doit également pouvoir anticiper, dans cet emploi du temps quotidien, les moments où vous ne ferez pas attention à lui. À ces moments là, il en profitera pour faire un petit somme ou jouer avec son jouet favori. Essayez de programmer ces périodes pour qu’elles correspondent aux moments où vous ne serez pas à la maison.

Apportez-lui un enrichissement aussi bien mental que physique

Lorsque vous interagissez avec votre chien (pendant que vous jouez, vous faites de l’exercice, vous l’éduquez ou vous le sortez pour ses besoins), vous devez faire preuve d’un engagement total (et non pas en profiter pour répondre à vos messages téléphoniques !).

Ces périodes d’activité doivent être régulières et suffisamment enrichissantes pour votre boule de poils pour qu’à la fin de chaque séance, il ait besoin de se reposer et de se détendre.

Avant de partir au travail ou de planifier un moment où vous laisserez votre chien seul, prévoyez par exemple une vigoureuse séance de jeux et d’exercices. Cela réduira ainsi son énergie et le fatiguera pour qu’il soit prêt à se détendre.

Arrangez chez vous une « aire » de détente

Si vous apprenez à votre chien à se reposer ou à jouer avec son jouet favori dans un endroit spécialement conçu pour cela, vous créerez une zone sécurisée dans votre maison où il pourra se reposer en votre absence. Commencez par exemple par éduquer votre chien à aller dans cet endroit en y déposant des friandises, puis augmentez peu à peu la durée de son « séjour » dans cette aire de repos.

Pour finir, établissez une routine quotidienne durant laquelle vous apprendrez à votre chien à profiter de cette aire après chaque exercice ou chaque moment de jeu pour y faire une petite sieste ou jouer avec ses jouets favoris. N’oubliez pas de récompenser votre chien lorsqu’il se dirigera vers cet endroit. Vous pouvez également y ajouter d’autres éléments pour le transformer en un espace convivial de détente, par exemple un couchage bien douillet, de la musique ou des vêtements portant votre odeur.

Essayez le contre-conditionnement

Pour les chiens qui souffrent d’une anxiété de séparation modérée, le contre-conditionnement est un processus qui peut s’avérer assez efficace. Ce mode d’éducation permet de modifier les angoisses ou les réactions d’anxiété de votre chien vis-à-vis d’une situation en les transformant en une réponse d’apaisement.

Il permet d’apprendre peu à peu à votre chien que la situation qu’il craint le plus (vous partez et le laissez seul) a en réalité des conséquences plutôt positives. Dans le cas de l’anxiété de séparation, cela signifie généralement quelque chose de délicieux à manger.

Pour développer cette association vous pouvez donner à votre chien un jouet rempli de nourriture, comme du fromage blanc pauvre en matières grasses, du beurre de cacahuète ou de la banane congelée.

Votre chien doit mettre au moins 20 à 30 minutes pour finir ces friandises, c’est-à-dire le temps suffisant pour qu’il se sente pleinement satisfait et content. À votre retour retirez ces friandises afin que votre chien ne les associe qu’à votre départ.

Ce contre-conditionnement n’est efficace que chez les chiens présentant une anxiété de séparation modérée. Si votre chien souffre d’une anxiété de séparation sévère, il n’aura généralement aucune envie de manger !

Que faire lors d’anxiété de séparation sévère ?

Dans les cas les plus sévères d’anxiété de séparation, l’éducation à la solitude devient plus complexe et doit passer par une désensibilisation associée au contre-conditionnement.

Cela signifie que vous devrez habituer peu à peu votre chien nerveux à rester seul en mettant en place de courtes périodes de séparations dont vous augmenterez peu à peu la durée.

Pour mettre en place ce processus, Il vaut mieux être guidé par un professionnel spécialisé et bien formé dans ce domaine (de préférence un vétérinaire comportementaliste, ou un éducateur canin spécialisé) car l’effet obtenu peut facilement être l’inverse de celui désiré, votre chien devenant alors encore plus angoissé et stressé.

Quels sont les signes d’anxiété à surveiller ?

Si vous craignez que votre compagnon à quatre pattes souffre d’une forme quelconque d’anxiété de séparation, voici certains signes à surveiller et repérer :

  • Il a uriné ou fait ses besoins. Certains chiens ont des « oublis » lorsqu’ils sont laissés seuls. En revanche si ces « oublis » surviennent en présence de leur maître ils ne sont probablement pas dus à une anxiété de séparation.
  • Il aboie ou gémit. Les vocalises sont, pour beaucoup de chiens, une manière de montrer leur mécontentement. Ces aboiements ou gémissements continus sont déclenchés par le fait d’être seul.
  • Il mâchonne, gratte, détruit tout ce qu’il trouve. Certains chiens vont littéralement détruire tous les objets de la maison, mâchonner les bords de porte ou les chaussures, gratter au bas des portes ou du portail. Ces comportements peuvent entraîner des blessures, par exemple des dents cassées, des coupures ou des éraflures sur les coussinets ou les pattes, des griffes abîmées…
  • Il cherche à s’échapper. En cas d’anxiété de séparation, le chien peut essayer de s’échapper de l’endroit où il est confiné. Pour cela il peut essayer de creuser sous les clôtures ou les portes ou de les mâchonner, ce qui peut également entraîner des blessures dentaires ou au niveau de ses griffes.
  • Il fait les cent pas. Certains chiens marchent ou trottinent en suivant un chemin spécifique selon un modèle bien établi. Ils peuvent par exemple courir en cercle ou marcher de long en large.

Le plus important à noter concernant tous ces comportements c’est qu’ils sont dus à l’anxiété de séparation et ne surviennent généralement pas en présence de leur maître.

En conclusion

Le comportement anxieux de votre chien N’EST PAS le fait de sa désobéissance ou d’une quelconque rancune.

Si votre chien présente des comportements associés à une anxiété de séparation, souvenez-vous qu’il est bouleversé et essaie de gérer son stress par un échappatoire (il ne peut pas faire du yoga ou fumer une cigarette pour se calmer !).

Il est donc essentiel de ne pas le réprimander ou le punir pour ce comportement car vous aggraverez le problème et rajouterez encore plus de stress à votre animal. Mettez en place rapidement les mesures pour soigner son anxiété avant qu’elle ne devienne ingérable.

N’oubliez pas que votre compagnon est là pour vous lorsque vous êtes à la maison. Vous devez donc être là pour l’aider lorsque vous reprendrez vos habitudes quotidiennes.

GP-R- FR-NON-200700044

Autres articles de la rubrique