Vous avez désactivé JavaScript

Ca peut conduire à fonctionnalité réduite et affecter la présentation graphique de ce site.
Cependant, tous les contenus seront toujours disponibles.

L’éducation et la socialisation du chien : vous ne savez pas comment vous y prendre ? C’est simple, pensez « loup » ! - La Sante DE MON CHIEN
La Sante DE MON CHIEN

L’éducation et la socialisation du chien : vous ne savez pas comment vous y prendre ? C’est simple, pensez « loup » !

Au plus profond de votre chien se cache l’âme d’un loup.

En effet, il y a plus de 30 000 ans, les populations préhistoriques nomades domestiquèrent les loups pour qu’ils défendent leur territoire de chasse des grands prédateurs (ours, tigres) pendant qu’eux-mêmes partaient chasser ou simplement comme auxiliaires de chasse, les loups étant des chasseurs particulièrement habiles et efficaces.

Les loups trouvaient leur compte dans cet arrangement parce que les chasseurs les nourrissaient en retour ou leur offraient un peu de la chaleur de leur camp. Ce partenariat de chasse associé à l’élevage des louveteaux s’est poursuivi pendant des siècles et les chiens actuels socialisés sont issus de ces ancêtres ; de ce fait, le lien unissant l’Homme au chien est très ancien et particulièrement profond.

Sans nous tromper nous pouvons dire que chaque chien domestique garde encore quelques traces de cet ancêtre sauvage qu’était le loup. Ainsi il est souvent intéressant de vous glisser dans la peau d’un loup et d’essayer de penser comme lui lorsque vous voulez éduquer et socialiser votre boule de poils.

La hiérarchie de la meute (ou horde) de loup

Les loups vivent en meutes. Celles-ci représentent un groupe familial de 7 à 10 individus qui restent très proches les uns des autres. Ils chassent en groupe et protègent les louveteaux de leurs ennemis.

Au sein de la meute, il existe une hiérarchie qui place le couple formé par le mâle et la femelle alpha (c’est-à-dire les parents qui se sont reproduits), au sommet de l’échelle. Cette hiérarchie est utilisée pour réguler l’accès à différentes ressources comme la nourriture, sachant que les loups placés au sommet de l’échelle mangent en premier.

De même seul le couple alpha se reproduit. Les individus nés en premier occupent la place en dessous du couple alpha, ceux nés ensuite occupent le bas de l’échelle.

Les loups ont bien compris que de se battre au sein de la meute n’apporte rien de bon aux différents membres. Toute situation de combat peut entraîner des blessures gravissimes ou la mort de l’un des combattants (ou des deux) et mettre en péril, en fin de compte, l’ensemble de la meute en rendant difficile la chasse et donc la survie du groupe.

Les loups de haut rang se comportent très souvent de manière diplomatique et essayent de résoudre les conflits au sein de la meute sans aucune violence. Ils montrent leur supériorité en ignorant les loups qui refusent de se soumettre et en faisant « machine arrière » si la tension devient trop importante.

Lorsque deux loups convoitent la place de chef de meute, il est exceptionnel qu’ils en viennent à se battre : ils préfèrent s’affronter par des mimiques d’intimidation jusqu’à ce que l’un d’entre eux accepte l’autre comme mâle alpha.

La hiérarchie Homme-chien

Lorsque vous accueillez un chien dans votre famille, ce dernier considère que vous le faites entrer dans votre “meute”. Cette vision de la situation est intégrée à son code génétique : il est bien évident que votre chien sait parfaitement que vous n’êtes pas un chien, mais il s’attend à ce que la famille humaine vive selon une hiérarchie bien établie.

De ce fait il acceptera que les adultes de la famille occupent un rang supérieur au sien. Pourquoi donc ? Premièrement, en tant qu’humains, nous nous tenons debout ; par conséquent par notre seule stature physique nous dominons notre compagnon à quatre pattes.

New call-to-action

Deuxièmement, ce qui est encore plus important aux yeux de notre chien, c’est qu’en étant le « nouveau » ou le « dernier » il va se déplacer et vivre dans « notre » territoire et non pas le contraire. Enfin nous contrôlons l’ensemble de ses ressources comme sa nourriture, son eau, ses jouets et les soins qu’il reçoit. Votre chien n’a donc aucune raison de douter que vous êtes plus haut placé dans la hiérarchie que lui.

La domestication du chien

Une fois que votre chien est devenu un membre à part entière de votre “meute” vous allez devoir l’habituer à vivre dans le monde complexe qui vous entoure et à suivre les règles que vous avez établies.

La meilleure façon de réussir cet apprentissage consiste à utiliser une méthode cohérente faite “d’essais et erreurs” (ce qu’on appelle le conditionnement opérant). Vous utiliserez les récompenses pour renforcer certains comportements désirés alors que les mauvaises expériences (ou l’absence de récompense) amèneront votre chien à éviter les comportements indésirables. Surtout n’oubliez pas que vous ne devez jamais punir physiquement votre chien, sous aucun prétexte.

Les punitions physiques ou les menaces provoquent souvent une perte de confiance entre le chien et son maître ainsi que l’apparition d’anxiété chez le chien. De plus elles peuvent avoir un résultat totalement opposé à celui escompté. Par exemple si vous punissez votre chien parce qu’il grogne, la fois suivante, il peut mordre directement au lieu de grogner pour éviter d’être puni !

Ainsi si vous vous trouvez en « conflit » avec votre chien, au lieu de continuer à le punir dès qu’il présente le comportement indésiré, comportez-vous plutôt comme un loup et répondez avec diplomatie en restant calme ou en l’ignorant totalement. Dès l’apparition du comportement désiré au contraire, récompensez-le chaleureusement.

Le mode de fonctionnement des loups

Si vous voulez apprendre à votre chien à venir vers vous lorsque vous l’appelez, récompensez-le dès qu’il vient et répond à votre appel à l’aide d’une friandise (ou d’une grosse caresse). Ainsi, la prochaine fois que vous l’appellerez, votre chien viendra vers vous (attention la récompense doit être immédiate et non pas différée, sinon elle ne sert à rien).

En revanche, si votre chien ne répond pas à votre appel, essayez de vous comporter comme un loup et ignorez tout bonnement votre subordonné, situé plus bas dans la hiérarchie. Pour bon nombre de chiens, cette absence d’intérêt représente déjà en elle-même une sanction totale !

La fois suivante, arrangez-vous pour travailler l’aptitude recherchée (ici, répondre à l’appel en venant) dans une situation où vous serez sûr que votre chien va venir lorsque vous l’appellerez.

En d’autres termes, assurez-vous que votre chien réussisse la tâche demandée et récompensez-le chaleureusement ; vous verrez que rapidement il fera tout ce qui est dans son pouvoir pour réussir afin de vous faire plaisir.

Une autre méthode douce, également utilisée par les loups, consiste à enseigner à votre chien qu’il existe des comportements alternatifs. Par exemple, si votre chien quémande à table tous les soirs lors du repas, vous pouvez ignorer ce comportement (même si cela vous paraît difficile) jusqu’à ce que finalement il laisse tomber et se couche sur le sol.

C’est ce comportement (se coucher sur le sol) que vous allez récompenser immédiatement d’une petite gâterie ou d’une caresse. Si vous êtes cohérent et répétez cette attitude (sans jamais céder lorsque votre chien quémande) vous verrez que rapidement votre chien se couchera tout heureux sur le sol dès que vous vous mettrez à table pour dîner. La clé de la réussite pour socialiser votre chien tient en 3 mots :

  • patience
  • persistance
  • cohérence

Il est bien évident que vous n’obtiendrez pas le résultat escompté en une journée !

Sachez toutefois que l’apprentissage acquis par l’éducation positive (qui associe l’acte recherché à une récompense lorsqu’il est réalisé et bannit la punition) perdure tout au long de la vie de votre animal. Ajoutez un peu de bon sens à cette équation et vous prouverez à votre chien que vous êtes bien le chef de la meute familiale !

GP-R-FR-NON-200800048

Autres articles de la rubrique