Mon chien au quotidien

Le chien sénior

Partager

« Être vieux, c’est être jeune depuis plus longtemps que les autres » (Le Chat, Ph. Geluck)

La vieillesse chez le chien comme chez l’humain implique des modifications dans le fonctionnement des différents organes, qui se fatiguent plus ou moins vite. Il importe de connaître quels sont les premiers signes du vieillissement, afin de les repérer, de surveiller et si possible, de prévenir une dégradation trop rapide, afin d’assurer à votre chien une fin de vie sereine.

À quel âge peut-on dire qu’un chien est vieux ?

Il existe des variations qui dépendent de la race de votre compagnon, de sa taille, de son mode de vie, ainsi que des variations individuelles.

L’espérance de vie des chiens de petites races est en général plus longue (de 14 à 18 ans), et ils entrent dans la catégorie sénior autour de 10 ans. Chez les chiens de races moyennes, l’espérance de vie tourne autour de 12 à 14 ans, et on les considère séniors vers 8-9 ans. Enfin, les chiens de grande taille ont une espérance de vie plutôt courte (8 à 10 ans en moyenne), et sont séniors vers 6-7 ans –voire 5 ans pour les races géantes).

Le vieillissement chez le chien se traduit le plus souvent par des problèmes articulaires (difficultés de déplacement), une dentition en mauvais état, un pelage plus terne, des reins fragiles, une plus grande sensibilité aux maladies et au stress, éventuellement l’apparition de tumeurs.

C’est pourquoi les soins basiques, notamment l’alimentation et les soins d’entretien, sont primordiaux pour aider votre animal à aborder sa période sénior. Mais il est aussi important de faire surveiller régulièrement votre compagnon par votre vétérinaire, qui sera à même de vous conseiller, de prescrire examens et traitements susceptibles d’améliorer le confort de vie de votre chien, ou de soutenir ses organes défaillants.

Les besoins nutritionnels du chien sénior

Le métabolisme du chien âgé se modifie : moins actif, il stocke plus de gras (attention à la prise de poids voire à l’obésité !), ses muscles fondent, il digère et absorbe moins bien les aliments, il a aussi tendance à se déshydrater.

Il faut donc adapter son alimentation, la fractionner s’il avait jusque-là un seul repas, et passer à un aliment sénior (autour de 7 ans, un peu plus tôt – 5 ans – dans les races géantes). En alimentation traditionnelle, privilégiez viandes blanches et riz ou pâtes bien cuits, sans ajouter de sel. Et veillez à ce que votre animal ait toujours de l’eau fraîche à disposition.

Les signes de vieillesse à surveiller

  • Le cœur : des signes peuvent vous avertir, comme une toux persistante, un essoufflement, une plus grande fatigabilité.
  • Les reins : les maladies rénales sont une cause importante de mortalité chez le chien âgé, et sont souvent liées à une alimentation mal équilibrée ou en excès qui a prématurément fatigué les reins. Signaux d’alerte : augmentation de la soif, diarrhée, vomissements.
  • Les dents : les bactéries présentes dans la bouche (tartre) et responsables de la mauvaise haleine, des déchaussements et infections, peuvent passer dans le sang et provoquer de graves atteintes rénales ou cardiaques. D’où l’importante de l’hygiène bucco-dentaire chez le chien âgé !
  • Les yeux : le problème majeur du vieux chien est la cataracte sénile, qui correspond au vieillissement du cristallin qui s’opacifie (voile bleuté ou blanc sur les yeux).
  • Les oreilles : l’acuité auditive de votre chien diminue également, et malheureusement, rien ne peut enrayer ce phénomène.
  • Les articulations : l’arthrose est un vieillissement prématuré des articulations, aggravé par un excès de poids et un manque d’exercice, et parfois par des malformations congénitales (dysplasie, luxation de rotule…). Elle engendre douleur et inconfort.
  • Le comportement : certains vieux chiens deviennent agressifs ou grognons, refusent de jouer, de sortir, dorment mal. Cela peut être lié à une douleur non prise en charge, ou parfois à des troubles circulatoires au niveau du cerveau.

Tous ces problèmes évoqués ci-dessus peuvent faire l’objet d’une évaluation, d’une surveillance et d’une prise en charge par votre vétérinaire.

Le diabète

Les chiens, comme les humains, peuvent également développer du diabète. Cette affection peut se développer plus tard dans la vie et est beaucoup moins fréquente chez les jeunes chiens.

Quelques signes à surveiller :

  • Votre chien boit beaucoup d’eau (soif excessive)
  • Modification de l’appétit
  • Perte de poids
  • Infections cutanées qui ne disparaissent pas ou réapparaissent sans cesse

Un régime alimentaire sain, un programme d’exercices réguliers et des visites régulières chez votre vétérinaire vous aideront à réduire le risque de diabète.

Le cancer

Le « cancer » n’est pas une maladie unique et peut apparaître de plusieurs manières différentes, certains sont peu préoccupants et d’une gravité légère, tandis que d’autres sont beaucoup plus graves. Les signes à surveiller et dont vous devez discuter avec votre vétérinaire sont les suivants :

  • Grosseurs ou excroissances
  • Plaies ou excroissances cutanées persistantes
  • Modification de l’appétit
  • Perte de poids
  • Claudication persistante
  • Difficulté à avaler ou à manger
  • Difficultés respiratoires

Ces symptômes peuvent aussi être liés à d’autres problèmes, ils doivent être notés et faire l’objet de discussions avec votre vétérinaire. De nombreuses formes de cette maladie sont facilement traitées. Différentes options de traitement peuvent être disponibles, similaires à celles dont bénéficient les personnes.

Garder votre compagnon en bonne santé et heureux est l’une des satisfactions que vous retirerez du temps passé avec votre animal. Discutez avec votre vétérinaire des soins préventifs, notamment du contrôle des parasites et des vaccins, et obtenez des réponses à vos questions.

Les choix avancés en matière de soins de santé disponibles à l’heure actuelle vous permettront d’accéder facilement à toutes sortes d’endroits avec votre animal.

En conclusion

Une étude récente a montré que la médicalisation des animaux permettait d’augmenter leur espérance de vie grâce aux progrès de la médecine.

Une surveillance régulière de votre chien vous aidera à détecter les premiers signes d’atteinte organique, mais le mieux est de faire pratiquer par votre vétérinaire un bilan de santé à partir d’un certain âge. Sans oublier une alimentation équilibrée et adaptée, ainsi qu’un peu d’exercice ! (Bien manger, bien bouger !)