Les maladies de mon chien

Est-il raisonnable d’offrir un chien à Noël ?

Partager

Sous le sapin, les présents brillent de mille feux ! C’est la magie des fêtes ! À cette période, beaucoup d’entre nous cherchent à trouver un cadeau super mignon et super original… et pourquoi pas un chiot ? Tellement adorable sur Instagram… Mais à moins que vous souhaitiez offrir un animal à un proche qui est déjà en pleine démarche réfléchie d’adoption, ce n’est pas forcément une très bonne idée, et on vous explique pourquoi.

Nombre de chiens abandonnés en France

En 2019, la France était championne d’Europe en matière d’abandon, une palme d’or dont elle se serait bien passée. Néanmoins, les chiffres l’attestent : 100 000 animaux par an sont en moyenne abandonnés, soit une augmentation de 23 % par rapport à l’année précédente1. En 2022, la France a de nouveau été en première position des abandons d’animaux de compagnie en Europe. Plus récemment, l’été 2023 a été tristement marqué : le bilan estival de la Société protectrice des animaux (SPA) révèle un été « à nouveau catastrophique » dans les refuges, avec 16 498 animaux abandonnés entre le 1er mai et le 31 août 20232.

Offrir un chien en cadeau, une mauvaise idée

Parmi les pistes de réflexion qui devraient vous inciter à ne pas offrir un animal comme cadeau surprise à l’un de vos proches, voici quelques éléments :

  • S’occuper d’un animal est un engagement à long terme : les animaux de compagnie ont une espérance de vie qui dépasse 10 ans, pouvant atteindre 15 à 20 ans… Où serez-vous dans 15 ans ? Les enfants seront grands, partis faire leurs études, les familles auront changé de travail ou de région… comment anticiper ? Personne ne le peut, sauf les gens concernés ! Un cadeau spontané à Noël peut ne pas prendre en compte cet engagement, et la personne qui reçoit l’animal peut ne pas être prête ou disposée à s’occuper de l’animal sur le long terme. Et si finalement votre cadeau ne plait pas, pour rappel, selon la loi française, l’abandon est considéré comme un acte de cruauté pouvant être sanctionné par une lourde amende voire une peine de prison3.
  • Le fait de posséder un chien ou un chat implique des responsabilités, notamment vis-à-vis des soins : les animaux de compagnie nécessitent de l’attention, de l’exercice et de la stimulation mentale. Il est important que la personne qui reçoit l’animal soit prête à assumer ces responsabilités et à fournir le temps et les soins nécessaires. Sinon, c’est la catastrophe assurée ! Une proportion non négligeable d’animaux sont abandonnés chaque année car ils s’ennuient et détruisent la maison faute de promenades et d’occupations quotidiennes. Il est important de s’assurer que la personne qui reçoit l’animal sera en mesure de répondre à tous ces besoins : certaines races de chiens nordiques, ou les chiens de chasse par exemple, peuvent avoir besoin de beaucoup d’exercice ; les races telles que les bergers australiens, les malinois et les border collies nécessitent des maitres expérimentés, prêts à leurs consacrer de longues heures car ce sont des chiens de travail qui ne peuvent être épanouis sans un vrai investissement personnel en terme de jeux et d’éducation.
  • Avoir un animal demande de l’attention, du temps, de la patience mais aussi… de l’argent. Pour les soins de santé basiques et l’alimentation, 900 euros par an pour un petit chien, 1 000 euros pour un chien moyen et au moins 1 300 euros chaque année pour un grand chien4, auxquels s’ajoutent éventuellement des coûts supplémentaires non négligeables : stérilisation, chirurgie, accident. Il est hors de question (c’est une maltraitance) de laisser un animal sans soin ! Il existe des obligations non négociables quand on possède un animal  : alimentation, logement, éducation, promenades régulières, soins, hygiène, vacances… et rien n’est gratuit (ou presque).

Alors, les fêtes, oui ! Les animaux-cadeaux surprises ? Non !

Sources:

1 www.peta.com

2 Source : https://actu.fr/societe/16-500-animaux-abandonnes-cet-ete-la-spa-denonce-l-irresponsabilite-des-proprietaires_60048996.html

3 Article 521-1 du Code pénal

4 Source : www.adpassurances.fr

GP-FR-NON-231100041