Vous avez désactivé JavaScript

Ca peut conduire à fonctionnalité réduite et affecter la présentation graphique de ce site.
Cependant, tous les contenus seront toujours disponibles.

Les phlébotomes - La Sante DE MON CHIEN

Les phlébotomes

Espèces et répartition géographique

Les phlébotomes sont largement répandus sur tout le pourtour méditerranéen, une grande partie de l’Afrique et le Moyen-Orient. En France, les deux espèces qui ont un rôle pathogène prépondérant sont Phlebotomus perniciosus et Phlebotomus ariasi. Ils jouent un rôle très important comme vecteurs biologiques d’un protozoaire du genre Leishmania.

En France, son aire de distribution s’accroit vers le Nord (vallée du Rhône), le Nord-Ouest et le Sud-Ouest (vallée du Lot).

Éléments-clés de la biologie du phlébotome

Les phlébotomes se développent dans des sols riches en matières organiques. Il n’y a pas de phase aquatique comme pour les moustiques. Le cycle de vie, de l’œuf à l’adulte, en conditions optimales dure de 4 à 6 semaines et un adulte vit 1 à 2 mois en moyenne.

Comme pour les moustiques, la femelle effectue un repas sanguin après l’accouplement pour la maturation de ses oeufs. L’activité des phlébotomes est dépendante de nombreux facteurs : température, vent, heure (activité crépusculaire et nocturne). Les phlébotomes sont exophiles : ils ne rentrent pas dans les habitations. La saison d’activité va de juin à septembre voire de mars à novembre selon les conditions de température (Sud de la France).

Infestation et maladies associées

Il a un rôle pathogène direct chez le chien : sa piqûre provoque une papule de 2-3 mm pouvant persister plusieurs jours. L’animal peut se gratter de façon modérée à sévère avec une surinfection bactérienne possible. Les phlébotomes piquent plutôt au niveau du museau, du pourtour des yeux et des oreilles.

En France métropolitaine, les phlébotomes ont aussi un rôle pathogène (indirect) majeur en tant que vecteurs de Leishmania infantum, un protozoaire parasite responsable de la leishmaniose générale du chien et de la leishmaniose viscérale méditerranéenne chez l’Homme.

Pour plus d’informations sur ce parasite, rendez-vous sur sur ce site.

Autres articles de la rubrique