Vous avez désactivé JavaScript

Ca peut conduire à fonctionnalité réduite et affecter la présentation graphique de ce site.
Cependant, tous les contenus seront toujours disponibles.

Tout savoir sur Giardia, un parasite intestinal - La Sante DE MON CHIEN
La Sante DE MON CHIEN

Tout savoir sur Giardia, un parasite intestinal

Très fréquent chez nos compagnons à quatre pattes (entre autres !)

Cette parasitose digestive peut atteindre nos animaux domestiques (chiens et chats) et porte alors souvent le nom de giardiose. Avant de courir chez votre pharmacien pour lui demander un antidiarrhéique banal sans ordonnance pour soulager votre animal, voici certains points à connaître sur la giardiose du chien ou du chat.

Qu’est-ce que la giardiose ?

La giardiose est une maladie provoquée par un parasite microscopique, de la famille des protozoaires, appelé Giardia duodenalis (ou intestinalis). Ce parasite n’est pas un ver intestinal, ni une bactérie et encore moins un virus, mais un animal microscopique appelé protozoaire, formé d’une seule cellule (unicellulaire). On le trouve partout dans le monde.

Les Giardia existent sous deux formes. La première est la forme active et mobile sous laquelle le parasite se nourrit dans l’intestin des animaux parasités : on l’appelle le trophozoïte.

Parasites

La seconde est une forme de résistance, ou kyste, qui est éliminée dans les matières fécales des animaux parasités (c’est-à-dire dans leurs selles) et peut survivre plusieurs mois dans le milieu extérieur, en particulier dans l’eau ou les environnements humides.

Comment les chats ou les chiens attrapent-ils des Giardia ?

Les animaux s’infestent en ingérant les kystes infectieux des Giardia qui ont été éliminés dans les matières fécales d’un autre animal parasité et se trouvent donc dans l’environnement. Il semble que l’ingestion d’une dizaine de kystes suffise pour contaminer un animal. Une fois ingéré, le kyste parvient jusqu’à l’intestin de l’animal où il libère deux trophozoïtes, mobiles et actifs, qui se fixent sur les cellules épithéliales de l’intestin grêle pour se nourrir.

Ces trophozoïtes se multiplient par division binaire (donc un trophozoïte en donne 2, puis chacun se divise ce qui fait 4 et ainsi de suite…). Régulièrement, certains trophozoïtes s’enkystent puis sont éliminés dans les selles de l’animal (excrétion intermittente des kystes).

Entre l’ingestion d’un kyste et l’élimination du kyste suivant dans les selles (ce qu’on appelle la période prépatente, ou période pendant laquelle l’animal est infecté mais n’excrète pas les kystes dans le milieu extérieur), il s’écoule entre 5 et 12 jours chez le chien et entre 5 et 16 jours chez le chat. En revanche la période patente (c’est-à-dire pendant laquelle l’animal excrète des kystes dans le milieu extérieur) est de plusieurs semaines à plusieurs mois !

Parasites

Une fois éliminés dans les selles les kystes sont directement infestants pour l’animal qui les ingère. La giardiose est fréquente dans les collectivités animales ayant une forte densité de population, comme les chenils, les animaleries ou les refuges pour animaux.

Les animaux s’infestent lorsqu’ils entrent en contact avec les selles contaminées d’un autre chat ou d’un autre chien parasité, ce qui se produit fréquemment lorsque l’animal se roule ou joue sur le sol contaminé, se lèche le pelage après être entré en contact avec une surface contaminée, ou boit de l’eau contaminée dans un ruisseau, un étang ou tout autre point d’eau contaminé.

Quels sont les symptômes de la giardiose ?

En général, la giardiose atteint moins souvent les chats que les chiens. Selon une étude, dans les refuges, 50 % des chiots finissent par être infestés puis à terme 100 % des chiens adultes sont infestés en raison de la forte proximité des animaux.

Lorsque ces parasites microscopiques se fixent sur la paroi intestinale, votre chien peut réagir en présentant brutalement une diarrhée aiguë, d’odeur nauséabonde. Si l’infestation dure longtemps elle peut également conduire à une perte de poids, une diarrhée chronique intermittente et l’émission de selles ayant un aspect graisseux. Les selles des animaux infestés ont également tendance à contenir du mucus. Des vomissements sont possibles.

La plupart du temps l’animal n’a pas de fièvre même s’il semble moins actif. Si certains animaux peuvent avoir des symptômes pendant plusieurs semaines, beaucoup d’autres ne développeront jamais aucun signe de maladie (et resteront totalement asymptomatiques, ce qui ne les empêchera pas d’excréter des kystes !).

Ce sont les animaux les plus jeunes (chiots et chatons) qui ont le plus de risque de développer la maladie parce que leur système immunitaire n’est pas encore totalement mature. Les chiens âgés ou immunodéprimés font également partie des animaux les plus à risque de développer des signes cliniques.

Dans la majorité des cas la giardiose n’est pas une maladie grave. Mais, si elle n’est pas traitée, l’animal finit par perdre beaucoup de poids et par se déshydrater, son état général se dégrade fortement, et à long terme les conséquences peuvent être fatales.

Comment diagnostiquer une giardiose ?

Pour que votre vétérinaire puisse vous recommander un traitement, il doit avant tout exclure toutes les autres maladies pouvant avoir les mêmes symptômes et les mêmes conséquences pour votre animal. Parmi elles se trouvent les diverses inflammations intestinales (entérites) liées à des troubles digestifs (maldigestion/malabsorption) ou à des maladies inflammatoires chroniques intestinales.

Votre vétérinaire peut également identifier les Giardia par l’examen au microscope d’un échantillon de selles (ce qu’on appelle une coproscopie microscopique). Toutefois comme l’excrétion des kystes est intermittente, il devra renouveler l’examen, s’il est négatif, au bout de 5 jours avant de pouvoir confirmer l’absence d’infestation.

Quel est le traitement de la giardiose ?

Actuellement en France aucun antiparasitaire vétérinaire n’a d’indication spécifique pour la giardiose ; toutefois votre vétérinaire pourra vous prescrire le traitement le mieux adapté. Il est également possible d’appliquer en plus un shampooing sur le pelage de votre chien pour éliminer toute trace de selles contenant des kystes sur les poils et réduire ainsi les risques d’auto-réinfestation et de contamination de l’environnement (toutefois c’est plus difficile, voire impossible à réaliser chez le chat !).

Il est nécessaire de renouveler l’examen microscopique des selles afin de s’assurer que cette parasitose ne passe pas à l’état chronique car cela peut avoir de graves conséquences pour votre animal. Attention il n’est pas rare que le traitement échoue en raison des réinfections fréquentes, en particulier dans les collectivités.

Puis-je attraper la giardiose de mon animal (est-ce une zoonose) ?

Le risque de contamination humaine à partir d’un chien ou d’un chat porteur de Giardia est relativement faible. Si toutefois votre vétérinaire diagnostique une giardiose chez votre compagnon, il vaut mieux prendre un certain nombre de mesures afin de ne pas courir le moindre risque.

Vous devrez ainsi désinfecter l’environnement (en particulier la maison), ramasser toutes les selles émises puis les détruire, nettoyer avec soin tout récipient pour la nourriture et l’eau et vous laver consciencieusement les mains après tout contact avec votre animal. Si vous êtes immunodéprimé, vous devrez prendre des mesures de précaution extrêmes en particulier si vous devez manipuler les selles ou administrer les traitements.

Existe-t-il des mesures de prévention ?

Le respect d’une bonne hygiène de vie est essentiel pour votre animal. Toutefois il n’existe pas de mesure de prévention spécifique pour éviter une giardiose car les kystes sont partout dans l’environnement et sont très résistants.

Vous pouvez néanmoins demander à votre vétérinaire de réaliser un examen microscopique des selles de votre animal lorsque vous faites votre visite annuelle ou par exemple si vous revenez d’un voyage ou d’un séjour en camping, ou si vous l’avez laissé en garde en chenil (il faut deux examens au moins espacés de 5 jours pour confirmer l’absence d’infestation, à réaliser après la période prépatente).

S’il observe la présence de kystes ou d’autres parasites il pourra ainsi réaliser les traitements adaptés avant qu’il n’y ait des conséquences fâcheuses pour votre animal.

Sources : 

GP-R-FR-NON-200800031

Autres articles de la rubrique